la kinésithérapie

Kinésithérapie

Raisons de choisir la kinésithérapie

La profession de kinésithérapeute comporte de nombreux avantages et permet d’atteindre un certain épanouissement dans la vie professionnelle.

Il faut savoir avant toute chose, que la profession de kinésithérapeute s’inscrit dans un esprit d’engagement et de relation d’aide. Pratiquer ce métier procure un sentiment de bien faire que l’on vit directement. En tant que kiné, vous contribuez au maintien de la santé des gens, voire de leur qualité et durée de vie. Si vous avez cette ambition, alors le métier kinésithérapie est fait pour vous !

L’ESSS revalorise la kinésithérapie en créant le master

Amorcer la réflexion sur un choix de carrière, signifie souvent décider pour aller au-devant et atteindre un niveau perfectionné. Alors que presque tous les professionnels marocains considèrent que cette option existe, la voie vers un niveau spécialisé en sciences de la santé a connu certains obstacles.

Selon un ancien modèle d’enseignement français, la formation du kinésithérapeute est obtenue suite à l’exercice d’infirmier kinésithérapeute. Il s’agit là d’une confusion conceptuelle due à la difficulté de distinguer les soins infirmiers de la kinésithérapie qui suppose, elle, un programme d’étude dûment conçu. Par conséquent le programme courant reste flou comme il est situé entre des pratiques modernes et un modèle d’enseignement désuet et drastique. A ajouter que le programme n’a jamais été réformé depuis sa première élaboration en 1980.

L’ESSS EN CONFORMITÉ AVEC DÉCLARATION DE BOLOGNE

La déclaration de Bologne est considérée comme la réforme la plus importante dans l’histoire de l’enseignement supérieur européen. Elle vise à développer et implanter des systèmes d’enseignement supérieur cohérents, compatibles et semblables aux systèmes existants en Europe. sciences de la santé. Quarante-six pays ont signé la déclaration en 1999 et se sont engagés à établir dès octobre 2010 une mise à niveau de leur système éducatif conformément au cadre européen de qualifications et de programmes d’études.

A la tête de la majorité des établissements d’enseignement supérieur européens, l’ESSS a effectué une transformation complète de son programme des sciences de la santé conformément à la déclaration de Bologne. Les bacheliers sont admis au programme de licence et suivent un cursus théorique et clinique comprenant 180 crédits ECTS. Les licenciés en sciences de la santé auront l’opportunité de poursuivre leurs études et de choisir une spécialisation grâce au programme du Master qui équivaut 120 crédits

Rendre Casablanca plus marchable: un objectif stratégique de l’ESSS

C’est une idée courante de dire que le premier objectif de la kinésithérapie est d’améliorer et de rétablir la mobilité. La mobilité est la capacité de se déplacer. Dès l’instant où nous sommes nés, nous sommes capables de bouger. Pour gagner sa vie, aller à l’école, aller au cinéma ou prendre un repas, notre corps se déplace et bouge.

Pourtant ces dix dernières années, les choses ont changé sous l’effet des évolutions technologiques, le mouvement a acquis une autre notion, c’est le fait de bouger d’une chaise à une autre ou de twitter à Facebook. Dans le monde virtuel d’aujourd’hui, les gens sont peu mobiles et ce nouveau style de vie pose de sérieux risques sur notre santé et notre bien-être.

L’ESSS veut réduire le poids des cartables des écoliers de Casablanca

A Casablanca, de nombreux enfants présentent une déformation de la colonne vertébrale qui est malheureusement irréversible. « Cette pathologie est plus fréquente chez les enfants issus de famille aisée inscrits dans les écoles privées », révèle Dr Khaled Yassin, directeur général de l’ESSS aux instituteurs et directeurs des écoles primaires.

A l’occasion du lancement du programme de la santé à l’école, Dr. Yassin a tiré le signal d’alarme en pointant du doigt le problème des cartables dont le poids atteind 20% de la corpulence de l’écolier. Ce qui engendre une déformation physique de la colonne vertébrale, en l’occurrence une scoliose et des atteintes des courbures de l’échine. 

Le vieillissement de population augmente la demande de kinésithérapie

Le dernier recensement datant de 2015 révèle que la population marocaine vieillit rapidement, plus vite que prévu. La proportion des marocains âgés de 60 ans et plus est passée de 1,8 millions (4% de la population) en 1990 à 3 millions (9,7 % de la population) en 2015, et atteindra 10 millions (25% de la population) en 2050. La baisse de la fertilité et l’augmentation de l’espérance de vie sont les raisons principales de l’accélération du vieillissement de la population Marocaine.

Des tendances démographiques similaires sont recensées dans d’autres pays d’Afrique du Nord. Une population senior en augmentation est le fruit d’une amélioration du niveau de vie et de la nutrition, ainsi qu’une meilleure couverture sociale et médicale. Néanmoins, cette transition démographique pose de sérieux défis économiques, sociaux et sanitaires.

La rééducation vestibulaire : un nouveau thème de formation continue

La rééducation vestibulaire comprend des interventions visant à restaurer l’équilibre chez des patients souffrant de troubles vestibulaires. L’équilibre du corps est maintenu par les informations en provenance du vestibule, ou l’oreille interne, les yeux et le système sensoriel. Si un ou plusieurs de ces systèmes sont affectés, le corps manifeste cette inadaptation de l’information par des vertiges ou une sensation de déséquilibre.

Selon les données épidémiologiques, 40% de la population à partir de  l’âge de 40 ans connait à un certain moment de son existence des vertiges ou des problèmes de l’équilibre.

Formation en médecine alternative et complémentaire

L’Ecole Supérieure des Sciences de la Santé a réuni une équipe de professeurs de renommée des Etats Unis, de Chine, d’Allemagne, de France et du Maroc pour assurer la première formation en médecine alternative et complémentaire. La formation ouverte aux kinésithérapeutes et médecins généralistes, comporte 5 modules à suivre en 6 mois.

La médecine alternative et complémentaire (MAC) est le terme qui regroupe les pratiques médicales qui ne font pas partie des soins médicaux standards. La « médecine complémentaire » se rapporte à des traitements utilisés avec un traitement standard. La médecine alternative se réfère à des traitements utilisés au lieu du traitement standard. La MAC comprend une série de pratiques médicales telles que la médecine traditionnelle chinoise, l’acupuncture, la technique des ventouses, l’homéopathie, la phytothérapie, l’ostéopathie et l’aromathérapie.

L’ESSS est la première école à installer le Wii-hab

Les étudiants en kinésithérapie à l’Ecole Supérieure des Sciences de la Santé vont pouvoir utiliser le Wii-hab durant le mois de septembre 2016. Cette information émane de la direction de l’ESSS. Le labo Wii-hab est une utilisation du système de jeu Nintendo® Wii™ dans la réhabilitation des capacités. Selon la direction, « l’investissement dans le labo Wii-hab est une continuation de nos efforts pour se distinguer en termes de technologie éducative ».

Les reportages à propos de l’utilisation du Wii-hab en kinésithérapie de réhabilitation a fait récemment un tollé dans les journaux scientifiques, particulièrement les articles d’actualité et les revues de presse aux Etats Unis. Les jeux de réhabilitation Wii utilisent des contrôleurs de l’émotion sensitive et des mouvements répétitifs similaires aux exercices effectués en kinésithérapie. Plusieurs centres de renom en kinésithérapie ont commencé à intégrer le Wii-hab dans les programmes de traitement et de réhabilitation.

Publication de recherche une condition du diplôme

Les dispositions récentes de l’Ecole Supérieure des Sciences de la Santé exigent de toute étudiante d’effectuer des publications dans les journaux académiques, à raisons de quelques articles chaque semestre. Plus précisément, conformément à cette condition qui sera en vigueur en octobre 2016, les étudiantes en licence seront tenues de présenter un article par semestre alors que les étudiants en master devront en présenter deux. 

« Nous devons créer une culture de la recherche, de la curiosité scientifique et de l’écriture académique au sein de notre école », a exprimé Dr Khaled Yassin, directeur de l’ESSS. Avec ce nouveau règlement, l’école espère susciter chez les étudiantes une demande pour l’apprentissage de la méthodologie de recherche et des techniques de rédaction.